Café et épilepsie: faut-il éviter de prendre des stimulants ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



L’épilepsie est un trouble en rapport avec l’électricité cérébrale : l’activité des cellules nerveuses présentes dans le cerveau est perturbée, et il peut en résulter des convulsions ou une perte de connaissance chez le malade.

Cette maladie a parfois des origines génétiques, mais elle peut aussi naître à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Comme toute maladie, l’épilepsie a également ses interdits et parmi eux, le café. Café et épilepsie, faut-il éviter de prendre des stimulants ? Lisons !

Café et épilepsie: faut-il éviter de prendre des stimulants ?

Les dangers des stimulants tel que le café

Le café est obtenu à partir de graines de caféier torréfiées. En plus du café et du thé, il fait partie des boissons avec un fort taux de caféine. Il est par conséquent considéré comme un stimulant et un psychotrope. Il en est de même pour tous les autres stimulants comme entre autres le cannabis ou le guarana.

Ainsi, les stimulants en général peuvent avoir des effets destructeurs sur l’organisme. Une trop importante consommation de caféine peut par exemple faire augmenter la tension artérielle et le nombre de crise cardiaque. Elle peut également provoquer une insomnie chronique, l’indigestion et la migraine. Boire plus de café qu’il n’en faut pourrait par ailleurs provoquer des pics de colère et une dépression.

Le café et l’épilepsie, quelles sont les conséquences ?

Le sujet atteint d’épilepsie est beaucoup plus exposé aux effets nocifs du café que celui qui ne souffre pas de cette maladie. Cette boisson est un excitant du système nerveux central. La caféine est en effet un antagoniste du récepteur A1 et de l’adénosine A2. Ce nucléoside est un neurotransmetteur qui joue deux rôles principaux :

  • un rôle de neuroprotection ;
  • un rôle de neuromodulation inhibitrice.

En consommant donc de la caféine, le sujet atteint d’épilepsie voit ses récepteurs à l’adénosine bloqués. Ceci va alors provoquer une crise plus ou moins violente, une convulsion instantanée.

Risque épileptique : Doit-on pour autant éviter les stimulants comme la caféine ?

Qu’il s’agisse du café ou d’un autre stimulant, tout excès peut nuire à la santé d’un patient épileptique. Dans le cas d’une consommation excessive comme mentionnée ci-dessus, la caféine pourrait avoir un effet dévastateur sur le patient. Cependant, c’est uniquement en cas de consommation excessive, car une consommation occasionnelle, régulière ou en petites doses, a carrément l’effet contraire.

D’abord, on peut constater une augmentation du seuil épileptogène lorsque ce dernier est mis en rapport avec la durée d’exposition initiale à cette substance qu’est la caféine. Ensuite, au lieu que l’effet neuroprotecteur de l’adénosine soit détruit avec une consommation excessive du café, il demeure bel et bien lorsqu’il s’agit d’une consommation modérée.

Par ailleurs, certaines données et études affirment que l’effet proconvulsivant en cas de consommation excessive pourrait s’estomper lorsque des crises surviennent à répétition, et ce, grâce à l’augmentation réactionnelle en densité de l’adénosine et de ses récepteurs.

Par conséquent, on ne peut pas conseiller à un patient épileptique d’éviter de prendre des stimulants comme le café. Toutefois, une consommation modérée de cette boisson fait référence à deux tasses de café au plus au cours d’une journée.

Cette recommandation vaut encore plus pour les femmes en état de grossesse qui ont cette maladie. Elles ne doivent pas consommer la moindre goutte de café avant l’accouchement.


Lisez aussi:

Comment réagir en cas de crise d’épilepsie ?